Interview

« Les six oligarques qui dirigent le Liban doivent partir ! »

Un entretien avec Nadim Houry

Nadim Houry, avocat de formation, est chercheur et militant des droits humains. Il a fondé et dirigé le bureau de Human Rights Watch au Liban et travaillé comme enquêteur à l’ONU.

Lundi, le gouvernement libanais a démissionné comme le demandait la rue. Est-ce un bon signe ?

Disons que c’est une étape essentielle dans la refonte du pouvoir mais qu’elle est loin d’être suffisante. Ce gouvernement avait été mis en place pour faire diversion par les oligarques qui dirigent le pays. C’était un fusible destiné à faire face à la grave crise économique. Et une note de bas de page dans l’histoire du Liban. Il faut maintenant se méfier de la fausse bonne idée qui consisterait à tenir trop hâtivement des élections anticipées. Si elles conduisent à remettre en selle la même classe politique à travers un gouvernement d’union nationale, la rue ne l’acceptera pas. Et le risque est grand.

Que préconisez-vous ?

Le Liban est un malade en soins intensifs. Il faut donc quelqu’un aux commandes qui puisse prendre des décisions urgentes. On pourrait imaginer un gouvernement de sauvetage national vraiment indépendant soutenu par la rue et la communauté internationale et, dans vingt-quatre mois, la tenue d’élections avec une nouvelle loi électorale. Le seul problème, c’est que le Parlement contrôlé par les partis traditionnels doit valider ce scénario. La seule solution, c’est donc que les bailleurs internationaux l’exigent et convainquent l’ancien régime de laisser travailler le nouveau gouvernement pendant deux ans. Peut-être en faisant pression sur ses comptes d’argent mal gagné à l’étranger… Vous comprenez donc que la phase qui s’ouvre va être longue et difficile, émaillée sans doute de violences de la part d’un régime qui ne veut pas céder le pouvoir et d’une rue qui veut les y contraindre.

Avec la crise des liquidités, le regain du coronavirus, l’explosion du nitrate d’ammonium qui souffle Beyrouth, on peut se poser la question : le sort s’acharne-t-il sur le Liban ?

Ce n’est pas le sort qui frappe le Liban, mais la corruption, la criminalité et l’incapacité de la classe politique. Les coupables ont été identifiés. Nous sommes en train de payer les conséquences de trente ans de mauvaise gestion. Le Liban, qui importe 80 % de ce qu’il consomme, a perdu son port. Nous étions déjà en cessation de paiement, notre population était déjà frappée par la pauvreté et le chômage. Pour nous remettre de cette nouvelle catastrophe humanitaire et économique, nous avons besoin de changer le système de gouvernance politique. Sans changement radical, on ne s’en sortira pas.

Peut-on encore espérer voir une commission d’enquête internationale ?

Il faut l’espérer. Déjà une enquête française a été lancée en raison des victimes françaises. L’épouse de l’ambassadeur des Pays-Bas vient de décéder de blessures infligées par l’explosion, et peut-être ce pays voudra-t-il aussi lancer sa propre investigation… Une caution internationale est essentielle pour donner un minimum de légitimité à une enquête, et pour établir les responsabilités politiques. Notamment savoir quel responsable avait été averti des risques – tâche impossible pour une enquête nationale qui n’osera jamais importuner les grands « seigneurs » de la politique libanaise.

On a vu des manifestants réclamer l’instauration d’un mandat français sur le Liban pour gérer la crise, est-ce une demande sérieuse ?

Non. Il faut y voir l’effet de leur frustration et d’une forte émotion. Je pense que la vraie solution, et le président Macron l’a rappelé lors de sa visite, est que les Libanais parviennent à remplacer la classe politique actuelle par une nouvelle. On voit de nouveaux visages et une jeunesse qui rêve d’un autre Liban. Cette période de transition entre l’ancien et le nouveau monde est d’autant plus difficile que sévit pour l’instant une terrible crise économique, sanitaire et environnementale. A laquelle vient s’ajouter ce véritable crime d’avoir laissé sans surveillance ce dépôt de nitrate d’ammonium pendant six ans au centre névralgique de la ville.

Est-ce que la catastrophe du port de Beyrouth donne une nouvelle vigueur au mouvement de révolte ?

La rue a réussi le premier pas : faire démissionner le gouvernement. Il y a aujourd’hui un effort de rassemblement entre les différentes forces d’opposition. Est-ce que, pour autant, l’alternative politique est prête ? Pas tout à fait, mais les réunions et les discussions s’accélèrent. La mouvance contestataire reste très horizontale, mais des programmes commencent à émerger ainsi que quelques figures. C’est un processus dont on ne sait pas encore où il nous conduira. L’insurrection du 17 octobre 2019 [point de départ d’un vaste mouvement de protestation populaire, NDLR] annonçait déjà le début de la fin de l’ordre politique actuel. Les Libanais commençaient à entrevoir la possibilité non seulement de nouvelles élections, mais d’un nouveau régime politique : un autre Liban – moins confessionnel, plus citoyen. Mais le chemin pour s’y rendre restait flou. L’explosion du 4 août a une nouvelle fois exposé l’incompétence et la négligence criminelles des responsables politiques actuels, et a redonné un souffle à la recherche d’une autre forme de gouvernance. La défiance à l’égard de la classe politique – la haine même – est telle qu’un changement de personnes ne suffira plus, il faudra quelque chose de beaucoup plus radical. Le peuple aspire à un changement de régime.

Est-ce que les partis politiques en ont conscience ?

Nous entrons dans une période de confrontation, car les partis politiques existants ne vont pas céder. Mais, de leur côté, beaucoup de gens qui descendent dans la rue n’ont plus rien à perdre. Est-ce que ce sera une poussée finale ? La communauté internationale doit accompagner le mouvement et s’assurer, en tout cas, que l’aide humanitaire octroyée n’ira pas renforcer cette classe politique corrompue.

Un homme attend les secours après l’explosion qui a frappé le port et le centre-ville, le 4 août.

Qui sont les responsables du marasme du Liban ?

Aujourd’hui le Liban est dirigé par six oligarques : Saad Hariri, Hassan Nasrallah, Nabih Berri, Michel Aoun, Samir Geagea, Walid Joumblatt. Ils sont parfois qualifiés de mafia libanaise. Ils prétendent qu’ils sont les chefs des grandes communautés, alors qu’une partie des Libanais estime qu’ils protègent désormais seulement leurs intérêts et leurs réseaux clientélistes. Ce sont ces six personnes-là, et non les ministres, qui décident du sort du Liban. Ils font la pluie et le beau temps. Ils ont des liens avec le secteur privé, les banques, l’industrie. Comme cette oligarchie joue la carte confessionnelle, il faudrait se débarrasser de tous en même temps pour qu’une communauté ne s’estime pas lésée par rapport aux autres. C’est pour ça que le slogan des manifestants est « kullun yani kullun » (« qu’ils dégagent tous en même temps »). L’équation se complique du fait que le Hezbollah, qui est une milice surarmée et hyperpuissante, s’est érigé depuis octobre en protecteur du système. Ce double défi rend le changement particulièrement compliqué…

Qui est le plus coupable ? Le Hezbollah justement ?

Beaucoup estiment que c’est le Hezbollah qui, avec ses armes et son allégeance à l’Iran, représente un véritable Etat dans l’Etat et empêche toute réforme. D’autres disent qu’il ne faut pas ignorer le rôle des autres partis politiques dans l’instauration de la culture de la corruption, et notamment celui de Rafiq Hariri, le père de Saad Hariri, qui, en instaurant une économie néolibérale, a accru les inégalités et affaibli les institutions publiques. Il n’y a pas d’unanimité sur qui est le plus coupable, et c’est bien le problème. En fait, c’est l’alliance entre ces six personnages, dont la plupart sont suspectés d’être des criminels de guerre recyclés en hommes politiques à la fin de la guerre civile, qui rend toute nouvelle gouvernance impossible. Se débarrasser d’un seul ne suffit pas. C’est le système qui doit être changé ; un système qui tue les Libanais soit de manière violente par les guerres qu’il déclenche, soit lentement par son incompétence. Le Liban a, par exemple, un des taux les plus élevés de cancer au monde, à cause de son absence de gestion environnementale. On meurt bêtement au Liban, et les gens s’en rendent compte. Ils ont désormais le sentiment que non seulement l’Etat ne protège plus ses citoyens, mais qu’il cherche à les tuer !

Pourtant ces six hommes sont des rivaux, qui souvent se font la guerre… Comment finissent-ils par s’entendre ?

Ce système est inouï et même nous, les Libanais, avons mis du temps à comprendre sa perversité. Nos oligarques peuvent se disputer, envoyer leurs soldats se battre entre eux, mais quand ils se retrouvent autour d’une table, ils s’entendent pour partager les bénéfices. Par exemple, chaque projet de reconstruction proposé par l’un d’eux fera l’objet du veto des autres, jusqu’à ce que tous aient leur part. Résultat, le Liban, qui manque de l’essentiel, finit par avoir des infrastructures dont il n’a pas besoin. Et la corruption prospère.

Pouvez-vous nous donner d’autres exemples ?

Prenons le domaine de l’électricité. C’est un des grands chantiers du Liban, qui creuse le trou des finances publiques depuis des décennies… et pourtant nous continuons à avoir sans cesse des coupures de courant. Du coup, la plupart des Libanais paient deux factures d’électricité : une pour l’électricité d’Etat et une pour les générateurs privés qui suppléent aux déficiences de la première. Il a été question de construire une grande station électrique, mais le ministre Gebran Bassil, gendre de Michel Aoun, aurait fait arrêter le chantier pour obtenir la construction d’une seconde centrale dans sa région – ce qui est absurde dans un si petit pays – pour y faire travailler ses entreprises et ses proches. C’est une mafia qui se partage le gâteau : quand ils n’arrivent pas à se mettre d’accord, ils font monter la pression, créent la tension, puis refont un deal. Ils se font la guerre non pour des raisons confessionnelles, mais pour des raisons économiques et financières. Autre exemple : il y a quatre ans, lors des élections municipales de Beyrouth, la société civile a présenté une liste indépendante, qui s’appelait « Beyrouth Madinati ». Quand il est apparu que cette liste avait de bonnes chances de gagner, tous ces oligarques qui se détestent se sont unis dans une liste municipale commune pour conserver leur mainmise sur Beyrouth… et sur ses contrats publics.

Comment ce système inique a-t-il tenu si longtemps ?

Par le passé, ce système parasite redistribuait une partie de la corruption via ses réseaux clientélistes, mais au fur et à mesure que le pays s’appauvrit, il parasite plus et redistribue moins. C’est une kleptocratie de plus en plus avare. Les dirigeants ne mettent plus les formes et volent autant que possible. Ainsi vient-on d’apprendre, il y a quelques jours, alors que les Libanais ne peuvent plus faire de retraits dans les banques puisque le pays est en faillite, que le président d’une des grandes banques, Al-Mawarid, s’est acheté un penthouse à New York à 10 millions de dollars.

Quelles sont les réformes urgentes à entreprendre ?

J’ai passé dix ans de ma vie à travailler au sein de Human Rights Watch au Liban : j’ai arpenté prisons, administration, tribunaux, ministères. Avec beaucoup de tristesse, je suis arrivé à la conclusion que le système n’est pas réformable. L’impunité est allée trop loin. Prenez le scandale d’importation de médicaments périmés contre le cancer, il y a quelques années. Il a beaucoup choqué les Libanais : des gens en sont morts, et les gouvernants ont assuré qu’il y aurait des enquêtes. Finalement personne n’a été jugé, car les gens impliqués étaient proches du pouvoir. C’est l’omerta, ils ont tous des secrets les uns sur les autres. « Pourquoi mon affidé devrait payer pour tel scandale alors que le tien n’a pas payé pour tel autre ? » Ils se tiennent. Quand Aoun n’était pas au pouvoir, il a produit des rapports sur la corruption de Hariri. Une fois président, il a mis tout cela en sommeil, et il s’est comporté comme ses prédécesseurs. Même chose aujourd’hui : aucun responsable n’a fait des excuses pour l’impardonnable négligence dans la gestion du stock de nitrate d’ammonium. Personne n’a sécurisé le site malgré les mises en garde. Des lettres qui ont fuité ont montré qu’ils se sont refilé la patate chaude. C’est une déliquescence, un pourrissement généralisé. Les gens sont en poste non parce qu’ils sont compétents, mais à cause de leur proximité avec les oligarques. Si cette classe politique corrompue réussit à rester au pouvoir par la violence, si elle s’acharne et ne lâche pas de lest, le Liban va se vider de ses forces vives. Tous ceux qui peuvent partir sont prêts à le faire. Nous sommes à la croisée des chemins.

L’explosion au port de Beyrouth a dévasté des quartiers entiers de la ville et causé au moins 158 morts et plus de 6 000 blessés

Le Liban arrivera-t-il à se débarrasser des influences étrangères ? Est-il encore souverain ?

Non, et après la kleptocratie, c’est l’autre obstacle au changement. Désormais tous les leaders du pays ont un « tuteur » étranger. Nasrallah est soutenu par l’Iran, Hariri par l’Arabie saoudite. Le Hezbollah peut faire entrer et sortir les armes qu’il désire, personne n’y peut rien. C’est aujourd’hui la milice la plus forte du pays. Tout le défi est là : pourra-t-on sortir de l’allégeance à ces pays qui décident de notre sort, de nos guerres, de nos combats ? Nous ne devons plus être une plateforme pour les combats des autres. Il faut se débarrasser de ce système confessionnel qui est particulièrement vulnérable à l’ingérence extérieure. Pour cela, il faut que des pays amis, comme la France, soutiennent les efforts des Libanais qui cherchent à dégager le pays des conflits régionaux. Le Liban doit devenir un Etat neutre, comme la Suisse. Nous sommes à genoux, mais beaucoup continuent à se battre pour le changement. Ils méritent tout notre soutien.

Propos recueillis par Sara Daniel