Reportages Syrie

Icône : RSS

Liban: la contagion syrienne




































«AL-ASSAD VEUT METTRE NOTRE PAYS A FEU ET A SANG»


Afin d'empêcher que le Nord libanais ne devienne une base arrière des insurgés syriens, Damas fait tout pour y attiser des haines intercommunautaires... qui ne s'étaient jamais éteintes


DE NOTRE ENVOYEE SPECIALE

C'est un calme inquiétant et soudain qui s'est abattu sur cette artère d'ordinaire si embouteillée de Bab al-Tebbaneh, le quartier sunnite de Tripoli. Les chars de l'armée libanaise, qui se sont déployés depuis que le confit syrien gagne peu à peu la ville du nord du Liban, ont disparu. Des habitants du quartier postés aux carrefours nous conseillent en chuchotant de rebrousser chemin. Trop tard: embusqués dans les HLM du quartier alaouite de Djebel Mohsen, qui surplombe le quartier sunnite, des tireurs font feu sur les automobilistes. Près du rond-point Abou Aleh, un homme agonise dans sa voiture, les tirs des snipers empêchent les ambulances de lui porter secours. Ce jour-là, les affrontements entre partisans et adversaires libanais du président syrien Bachar al-Assad feront quatorze morts et des dizaines de blessés.

La guérilla a repris dans ce microcosme libanais où les haines et les rancoeurs nourries du temps de l'occupation du pays par la Syrie n'ont cessé de grandir. Les habitants sunnites se souviennent avec effroi de la caserne militaire locale des services secrets syriens et de ses chambres de torture. Ici, à Bab al-Tebbaneh, on se dit prêt à venger les victimes d'un massacre perpétré en 1986 par les Syriens et leurs milices alaouites. En face, dans les ruelles des cités de Djebel Mohsen où les ordures s'amoncellent, les portraits de Bachar al-Assad aux fenêtres témoignent de la fidélité des habitants au raïs syrien. Depuis que les violences ont repris à Tripoli, une des figures de la communauté alaouite, Rifat Aid, a appelé Damas à intervenir au Nord-Liban pour protéger les siens. « Nous sommes devenus une poignée de communautés dont chacune est liée à l'un des pays qui se battent dans les rues de Tripoli par procuration, résume Chaker al-Berjaoui, le président du Mouvement arabe, une milice prosyrienne. Pourquoi ici? Parce que, contrairement au reste du Liban, qui est contrôlé par le Hezbollah, le nord du pays est sous la coupe d'Al-Qaida et des salafistes. »

Les deux quartiers - sunnite et alaouite - sont aussi pauvres l'un que l'autre: ici, les parrains syriens ou saoudiens attisent les haines communautaires mais ne prodiguent pas leurs largesses. Depuis que les Syriens se sont retirés du Liban en 2005, non sans avoir laissé des armes aux milices qui leur étaient fidèles, comme au mouvement Tawhid de Bilal Shaaban, tout est bon pour justifier la violence: un match de foot, une queue de poisson en voiture... Dans ces quartiers rongés par le chômage et la drogue, l'armée libanaise n'est jamais parvenue à rétablir l'autorité de l'Etat. Elle brille par son absence pendant les crises et ne réapparaît qu'une fois le calme revenu.

Devant sa droguerie du centre de Tripoli, Chadi Mawlaoui, un jeune islamiste, serre des mains, reçoit des félicitations. Cet ex-adjudant de l'armée libanaise est devenu en quelques semaines le héros de la communauté sunnite. Déjà condamné en 2007 à deux ans de prison pour appartenance au groupe extrémiste Fatah al-Islam, il a été de nouveau incarcéré. Le motif? Son soutien affiché à la révolte syrienne. « Comment ne pas soutenir les révolutions arabes, surtout quand elles se déroulent à nos portes? dit-il d'une voix forte. Mais au Liban, où le gouvernement est à la botte des Syriens et du Hezbollah, il semble que cela soit un crime... » Son arrestation a déclenché de nouvelles violences.

Le 12 mai, Chadi Mawlaoui est convoqué au bureau du ministre des Finances, Mohammed Safadi, à Tripoli. On lui explique qu'il a obtenu une aide financière pour soigner sa fille gravement malade. C'est alors qu'on l'arrête et qu'on l'envoie à Beyrouth où il affirme avoir été torturé jusqu'à ce qu'il admette appartenir à Al-Qaida. A Tripoli, la rue sunnite s'enflamme, les salafistes occupent la place Nour et réclament la libération de tous les islamistes détenus dans les prisons libanaises. Les affrontements entre les sunnites et les alaouite s font dix morts, sans qu'on sache, comme chaque fois, qui a tiré en premier. Le régime syrien a-t-il exigé cette arrestation, dont il savait qu'elle provoquerait des incidents communautaires, pour montrer sa capacité de nuisance dans la région? Le gouvernement libanais de Najib Mikati, dominé par le Hezbollah, a-t-il lui-même attisé cette tension au risque de compromettre la reprise du dialogue national voulu par le président de la République, Michel Sleiman, pour éviter une nouvelle guerre civile? Difficile à dire. Reste que, devant le risque d'embrasement, Chadi Mawlaoui a été libéré et même dédommagé financièrement. Une victoire pour les sunnites, un échec pour l'Etat libanais, qui apparaît plus que jamais prisonnier des logiques communautaires...

Selon le très influent imam de la mosquée Al-Taqwa, Salem al-Afei, un salafiste qui a organisé la révolte à Tripoli pour faire libérer Mawlaoui, les salafistes sont sur le point de prendre le pouvoir en Syrie. Un changement de régime qui représenterait, selon lui, une chance inespérée pour les sunnites de Tripoli, dont les droits ont toujours été bafoués alors qu'ils représentent plus de 80% de la population. « Dans le Nord, nous n'avons pas d'universités, pas de travail, et le parti de Nasrallah refuse que nous ayons un aéroport. Mais tout cela va changer à la chute d'Al-Assad. Déjà le Hezbollah a évolué, il veut revenir à la table des négociations. La preuve: le chef de la Sureté, Abbas Ibrahim, m'a envoyé une lettre pour m'inviter à le rencontrer... »

Selon un homme politique proche de l'ancien Premier ministre libanais Saad Hariri, les affrontements de Tripoli montrent que le régime syrien est aux abois: « C'est la dernière cartouche de «Bachar»: il veut mettre notre pays à feu et à sang. » Pour cet homme du Mouvement du 14 -Mars, la coalition antisyrienne, le gouvernement libanais actuel, qui est à la solde de Damas, cherche à démontrer que le nord du Liban est devenu la base arrière d'Al-Qaida: « L'idée, c'est de dire au monde: «Les sunnites du Liban sont tous des Oussama Ben Laden, alors imaginez ce qui vous attend avec leurs frères de Syrie!» Il fallait aussi absolument empêcher que cette partie du pays devienne un sanctuaire pour l'Armée libre syrienne (ALS). »

Mais n'est-ce pas déjà trop tard? A Tripoli et dans les villages déshérités qui se succèdent jusqu'à la frontière, l'aide au peuple syrien, qu'elle soit religieuse ou laïque, officielle ou clandestine, s'organise. Les ministres libanais originaires de Tripoli ont convaincu leurs collègues pro-Hezbollah de verser une allocation aux 15 000 réfugiés syriens officiellement répertoriés - leur nombre total demeurant inconnu, car c'est sans compter tous ceux qui font des allers-retours entre les régions libanaises de la Bekaa ou du Akkar et la Syrie voisine. L'hôpital de Tripoli accueille les hommes de l'Armée libre syrienne blessés lors de la prise de Homs en mars dernier, souvent amputés. Et c'est dans les maisons privées du Akkar que les combattants « opérationnels » viennent reprendre des forces ou recevoir des soins mineurs à la suite d'un éclat de shrapnell ou d'une blessure superficielle par balle.

Dans cette maison qui jouxte le camp palestinien de Nahr al-Bared, ils sont trois à être arrivés dans la nuit. Deux ex-soldats de l'armée régulière, qui ont déserté lorsqu'on les a obligés à achever des blessés à bout portant, et un ancien artisan en décoration de stuc, qui a rejoint l'Armée libre. Ils reviennent de la région de Homs et disent appartenir au bataillon Al-Farouk, qui serait fort, selon eux, de 2 000 hommes. Le décorateur, Younes Abou Slimane, a fait une dizaine d'allers-retours au Liban. Chaque fois qu'il a été blessé. Il soulève son pull, dénude ses jambes pour montrer son corps couvert de cicatrices. « La première balafre, c'est quand je me suis fait arrêter au cours d'une manifestation à Homs. Ils m'ont torturé à la perceuse. La dernière date d'hier, la balle a rebondi sur mon gilet pare-balles et m'a blessé à l'oeil. »

Depuis que l'armée de Bachar al-Assad a détruit Bab Amr, le quartier général du bataillon Al-Farouk à Homs, les soldats de l'Armée libre se sont réfugiés dans la campagne alentour, raconte-t-il. Il a filmé avec son téléphone portable la dernière attaque à laquelle il a participé il y a une semaine: la capture d'un char sur un chemin boisé. Sur sa page Facebook, il a posté des dizaines de photos de lui en action dans les rues de Homs. On le voit prendre la pose, sourire, fer de son arsenal comme un gosse. Il refuse tout contact physique avec les femmes mais oublie ses principes lorsqu'il retourne la paume de ma main pour y noter au stylo son e-mail. Il évoque aussi un massacre perpétré à Taldo dans la région d'El-Houleh, à une vingtaine de kilomètres à l'est de Homs. Un carnage commis, selon lui, pour marquer les esprits des habitants des quatre villages d'El-Houleh, qui manifestaient par milliers depuis plusieurs mois tous les vendredis. Une famille entière de la rue du Réservoir a été assassinée pendant que les habitants du village, pour la plupart activistes de l'opposition, manifestaient ailleurs. Cette rue est désormais appelée la « rue de la mort ».

Selon Younes, le massacre de Taldo marque le tournant confessionnel de la guerre en Syrie. « Ce sont les chabiha alaouites qui ont perpétré cette boucherie. Le cycle des représailles entre les communautés est enclenché. » Que pense-t-il de la guérilla confessionnelle qui embrase aussi aujourd'hui Tripoli ? « A la chute du régime syrien, les Libanais feront le ménage. Nous, les sunnites, nous tuerons tous ceux qui se sont sali les mains avec le régime. Mais, contrairement au régime de «Bachar», nous ne punirons pas leurs familles... »







COMMUNAUTES La vie politique libanaise tient compte d'un équilibre établi entre les différentes communautés religieuses: le président est toujours un maronite, le Premier ministre un musulman sunnite, et le président du Parlement, un musulman chiite. Le Parlement compte un nombre égal de chrétiens et de musulmans.







L'ETAT HEZBOLLAH Le gouvernement libanais, formé le 13 juin 2011, est dominé par le Hezbollah et ses alliés, notamment le chrétien Michel Aoun, qui ont obtenu 19 portefeuilles sur 30, le reste étant réparti entre les partisans du chef de l'Etat, Michel Sleimane, du nouveau Premier ministre, Najib Mikati, et du leader druze Walid Joumblatt, considérés comme « neutres ». Tandis que le Mouvement du 14- Mars, mené par Saad Hariri, ne participe pas au gouvernement.





SARA DANIEL

Partager cet article

A propos de Sara Daniel

Portrait de Sara Daniel
Sara Daniel, journaliste française, reporter de guerre, spécialiste du Moyen-Orient.
En savoir plus


Articles relatifs