Reportages Afghanistan

Icône : RSS

Comme au temps des Soviétiques

Shahnawaz Tanaï évoque

avec nostalgie ce « bon vieux temps » des

Soviétiques qu?il ne semble pas être le seul à

regretter. A l?entendre, il y aurait de nombreux

points communs entre l?occupation de

l?Afghanistan par l?Otan et la période soviétique.

D?abord, pour conquérir le pouvoir,

Russes comme Américains se sont appuyés

sur des seigneurs de guerre à la mauvaise réputation.

Ensuite, comme l?Otan aujourd?hui,

la Russie n?a pu pacifier le pays à cause de la

frontière ouverte avec le Pakistan qui assurait

une base arrière aux moudjahidin.

« En 1985, six ans après le début de l?invasion

soviétique, les débats ont commencé en Russie, exactement

comme aujourd?hui en Occident, sur la légitimité du

gouvernement en place à Kaboul et sur les difficultés

économiques de l?Union soviétique? Le moral de l?armée russe était

au plus bas et on s?interrogeait à Moscou sur

l?opportunité d?envoyer plus de soldats :

Brejnev était pour, le KGB contre?» En 1988,

Najibullah envoie son ministre de la Défense

à Moscou pour convaincre Gorbatchev de rester en Afghanistan : « Je lui ai donné le conseil que je pourrais donner aux Américains

aujourd?hui : pour envisager les étapes d?un retrait, vous

devez auparavant sécuriser les grands axes et les villes

principales, Mazar, Herat, Kaboul, et fournir un soutien

logistique à l?armée. »

Le ministre de Najibullah se souvient d?une réunion

entre ce dernier et Fidel Castro : « Castro a conseillé à Najibullah de se montrer moins dépendant de Gorbatchev.

Karzaï devrait lui aussi prendre ses distances avec les Américains? »



S. D.

Partager cet article

A propos de Sara Daniel

Portrait de Sara Daniel
Sara Daniel, journaliste française, reporter de guerre, spécialiste du Moyen-Orient.
En savoir plus


Articles relatifs