Reportages Irak

Icône : RSS

L’après Fallouja

Les attaques de rebelles à Mossoul, Kirkouk, Baqouba et Buhriz, alors que les marines combattent à Fallouja, montrent que la guérilla est désormais capable de coordonner ses opérations et pourrait empêcher la tenue des élections en janvier



«Aujourd?hui la ville n?est plus qu?une gigantesque tombe où les gravats sont parsemés de morceaux de corps déchiquetés.» Abu Tarek, insurgé de Fallouja, est venu passer quelques heures ce lundi à Bagdad pour se ravitailler. Pour lui, qui connaît les chemins de traverse, le siège de la ville n?est pas hermétique. Dès ce soir, il repartira rejoindre ses compagnons d?armes d?Unification et Djihad, le groupe lié à la mouvance d?al-Zarqaoui, qui se battent dans le quartier d?al-Shuhada, au sud de Fallouja. Il décrit une ville laminée par six jours de combats intensifs. Les mosquées en ruines, les poteaux télégraphiques pulvérisés, les maisons rasées et les cadavres étendus dans les rues désertes. Les photographes incorporés au sein de la 1re division d?infanterie de l?armée américaine confirment l?évocation du moudjahid. Ils y ajoutent les visions macabres des découvertes faites par les marines dans la ville: le registre des assassinats d?otages, les masques noirs des bourreaux et les restes de corps, dont celui d?une femme «de type caucasien aux cheveux blonds», âgée d?une cinquantaine d?années, qu?on a retrouvée, selon l?Agence France Presse, la gorge tranchée et amputée des bras et des jambes.

Combien de civils ont trouvé la mort dans ces combats acharnés? Impossible à dire: un convoi du Croissant-Rouge irakien acheminant de la nourriture et des médicaments vers le centre de Fallouja était toujours bloqué lundi soir à l?hôpital général, situé en dehors de la ville. Selon un porte-parole des marines, les opérations de pacification de la ville, maison par maison, ne prendront plus que quelques jours. Dans le sud, les rebelles livrent leur baroud d?honneur. «Il y a 50 à 80 Irakiens et combattants étrangers rassemblés dans le sud-ouest, attendant l?assaut final; plus nous avançons vers le sud, plus les combats deviennent violents et organisés», a déclaré le lieutenant Christopher Pimms. Mais la bataille de Fallouja ne sera-t-elle qu?une victoire symbolique sur l?insurrection irakienne? Au sixième jour de la bataille, en effet, les militaires américains reconnaissaient que les deux hommes les plus recherchés d?Irak, Abou Moussab al-Zarqaoui, lié à la mouvance Al-Qaida, et Abdallah al-Janabi, le chef du conseil de choura des moudjahidine, avaient probablement quitté la ville avant l?assaut.





Lorsque nous l?avions rencontré au mois d?août dernier à Fallouja, Abdallah al-Janabi s?était vanté du fait que la dernière lettre adressée par l?ex-administrateur américain Paul Bremer au Premier ministre Iyad Allaoui ait eu pour objet sa demande d?arrestation «mort ou vif»... Lundi soir, donc, cet homme frêle, leader spirituel des moudjahidine de Fallouja et chef des takfiri, les combattants les plus extrémistes, liés à des organisations étrangères, était toujours introuvable.

Et tandis que Fallouja était en passe d?être prise par les forces de la coalition, on assistait à l?embrasement de l?Irak. A Mossoul, livrée depuis jeudi à des groupes de moudjahidine armés, des affrontements à l?arme automatique et à la roquette ont eu lieu en pleine ville. On a cru un moment que l?insurrection de la troisième ville du pays était le fait de combattants refoulés au nord par l?assaut de Fallouja. Mais le général Carter Ham, chargé de la sécurité du nord de l?Irak, assure que ce sont des combattants locaux qui ont mis la ville à feu et à sang. Une preuve de plus que les actions des différentes guérillas sont de mieux en mieux coordonnées à travers le pays. Dans la région de Kirkouk, des explosions ont mis le feu à des puits de pétrole tandis que l?état d?urgence était déclaré dans les villes de Bagdad, Baiji, al-Hillah et Samarra. Lundi dernier, des explosions et des coups de feu ont retenti à Baqouba et à Buhriz, deux villes situées à environ 60 kilomètres au nord-est de Bagdad.

Devant le spectacle de cette explosion de violence, pour la première fois un membre du gouvernement irakien a brisé un tabou en formulant publiquement des doutes sur la possibilité de tenir des élections en janvier 2005. «Tenir les élections sera un grand défi, a estimé le vice-Premier ministre irakien Barham Saleh dans un entretien au quotidien britannique "The Guardian". Mais les différer pourrait être encore plus dangereux. Mon espoir est que nous aurons stabilisé plusieurs des zones qui sont devenues des poches de combattants étrangers et de rebelles, car il est vital que chaque citoyen irakien puisse exercer le droit fondamental de choisir un gouvernement, droit qui lui a été refusé depuis si longtemps...»

Autre sujet d?inquiétude: la possible abstention de la minorité sunnite aux élections. Déjà, l?association des religieux musulmans a appelé au boycott du vote tandis que le parti islamique irakien a choisi de se retirer du gouvernement depuis l?assaut sur Fallouja... Or une abstention massive des sunnites aux prochaines élections, en entérinant le passage d?une minorité religieuse constitutive de l?Irak à la «résistance», pourrait porter les germes d?une guerre civile confessionnelle.

Partager cet article

A propos de Sara Daniel

Portrait de Sara Daniel
Sara Daniel, journaliste française, reporter de guerre, spécialiste du Moyen-Orient.
En savoir plus


Articles relatifs